et si les bosseurs, les artistes et les sportifs devaient travailler ensemble ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Kumi To Suke !             Choisis ta spécialité : Plutôt Sportif ? Artiste ? ou Intelligent ?    ou bien tout simplement Professeur ?     Nous Avons Besoin De Membres , N'hésitez Pas à Vous Inscrire

Partagez | 
 

 Fuire l'agitation (pv: Ruya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narita Miki
Fondateur 1# Aime crier et faire du sport
avatar

█ MESSAGES : 364
█ INSCRIT LE : 09/08/2009

█ EN +
• Classe: 2ème année
• Club: volley ( capitaine de l'équipe féminine )
• Relations:

MessageSujet: Fuire l'agitation (pv: Ruya)   Ven 18 Sep - 19:59

    La journée de cour était terminée pour tous les élèves du lycée. Miki se trouvait sur le terrain de volley. L’entraînement de l’équipe venait de se terminer, mais en tant que capitaine, la jeune fille était restée après pour s’occuper du matériel. Elle avait déjà ramené tous les ballons au gymnase. Elle jeta un regard circulaire autour d’elle, vérifiait qu’elle n’avait rien oublié. Puis ramassa son sac, qu’elle jeta sur son épaule, et pris la direction des vestiaires. Elle se doucha rapidement et ressorti vêtue d’un jean usé et d’un simple débardeur vert clair. Elle n’avait pas pris la peine de se sécher les cheveux, ceux-ci goûtaient donc le long de ses épaules et de son dos. Elle respira un grand coup et ferma les yeux quelques instants. Tout était calme autour d’elle. Il semblait en effet que tous les entraînements des clubs sportifs soient finis depuis un moment. Elle sourit à cette pensée, l’équipe féminine de volley était toujours la dernière à terminer. Ce qui faisait parfois râler les filles qui auraient parfois aimé plus de temps libre.

    Miki finit par reprendre pied avec la réalité et se dirigeât vers le lycée. Peu de gens se trouvait dehors en ce moment, ce qui ne manqua pas de surprendre la demoiselle. Après tout, il n’était pas si tard et il faisait encore beau. Elle haussa les épaules, et se profita du calme qu’il lui restait avant d’entrer. En effet, si dehors elle se trouvait seule, elle savait très bien qu’à l’intérieur, ce serait autre chose. Il y avait toujours des gens partout, des élèves qui criaient et se bousculaient un peu partout. Elle sortit son MP3 de son sac et regarda défiler les titres des nouvelles chansons qu’elle avait rajoutés. Elle avait suivi les conseils de Takeru. Ce dernier lui avait bien fait comprendre qu’elle n’y connaissait rien en musique. Du coup vexée, elle avait décidé de lui prouver qu’elle aussi pouvait parler musique sans avoir l’air stupide. Parce que oui, elle, son domaine c’est le sport et pas la musique. C’est d’ailleurs pour ça qu’elle doit travailler en trio avec Takeru et Keiji.

    En passant les portes, elle monta le son a fond, pour ne pas avoir à supporter le bruit ambiant qui régnait dans le hall. A peine eut-elle fait quelques pas, qu’elle fut obligée de s’arrêter. Elle fronça les sourcils devant le spectacle qui s’offrait à elle. Bon d’accord, le hall était toujours plein de monde, mais là, il était impossible d’avancer.


    * Mais qu’est-ce qui se passe ici ? *

    Elle se mis sur la pointe des pieds pour essayer de voir ce qui avait attirer tant de monde ici, alors que la plus part aurait du soit se trouver dans leur chambre, soit à la bibliothèque pour préparer leur cour. Elle soupira, elle n’avait pas du tout l’intention de rester plantée là pendant des heures. Elle tourna la tête dans tout les sens, espérant voir quelqu’un qu’elle connaissait. Dépitée, elle constata que non. Personne de son entourage n’était là. Elle se décida donc à questionner quelqu’un d’autre. Elle éteignit son MP3 et attrapa une jeune fille par l’épaule.

    -Ano… Est-ce que tu sais pourquoi il y a tout ce monde ici ??

    -Hai !! Narita-chan, ils ont affiché les trios pour ceux qui n’étaient pas présent lors de l’annonce et puis le planning pour les compétitions sportives.

    * Comment elle connaît mon nom elle ? *

    -Désolée…mais, on se connaît ?

    -Nani ? Ah non, je sais qui tu es parce que l’équipe de volley du lycée est aller jusqu’en final du tournoi inter lycée l’année passée.

    Miki hocha la tête, comprenant mieux. Puis remercia la jeune fille qui l’avait renseignée. Ainsi ils avaient eut la brillante idée de tout affiché en même temps.

    * Super ! Quelle idée brillante. *

    Elle souffla d’exaspération et essaya de se frayer un chemin parmi la foule d’élèves rassemblée devant le panneau. Normalement, Miki aurait du se sentir un peu plus concernée, notamment par le planning organisé pour les compétitions. Mais là, elle n’avait qu’une envie, sortir de là. La jeune fille n’était pas une solitaire, mais là…Trop c’est trop ! Voyant qu’il lui serait impossible de se rendre jusqu’au escaliers pour aller aux étages, elle se décidé à se diriger vers la sortie menant à la cour. Au moins là, il y aurait moins de monde. Où du moins l’espérait-elle.

    Il lui fallu un dizaine de minutes pour réussir à sortir de la foule et enfin atteindre la porte. Elle la poussa ave violence, expriment ainsi son énervement. Et se retrouva de nouveau au grand air. Comme prévu, peu de monde était présent là. Elle fit quelques pas avant d’apercevoir Ruya assit sur un banc, l’air perdu dans ses pensées. Elle se dirigeât donc vers lui.


    -Ruyaaaa-kun !!

    Elle s’était rapprochée de lui en courrant, heureuse de trouver un ami présent. Au moins elle n’aurait pas à poireauté là toute seule que l’agitation du hall se calme un peu.

    -Tu as vu tout ce monde dans le hall ? C’est de la folie !

    Tout en prononçant ses mots, la jeune fille s’était laissée tombé au côté du jeune homme. Elle tourna la tête vers lui et lui adressa un grand sourire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamahi Ruya
Ange ou Démon ?
avatar

█ MESSAGES : 71
█ INSCRIT LE : 02/09/2009

█ EN +
• Classe: 1ère Année
• Club: Biologie
• Relations:

MessageSujet: Re: Fuire l'agitation (pv: Ruya)   Sam 19 Sep - 17:27

Plus que quinze minutes avant la fin du cours, le professeur dictait encore sa phrase, quand la moitié des élèves commença à ranger ses affaires. Au fond à gauche, plaquait contre la fenêtre, il rêvait. Ruya n’aimait pas l’histoire, pas de chance pour lui, dans son cursus il devait au minimum y avoir une heure, de cette matière qui l’ennuyait. Pour lui ces dernière quinze minutes son une éternité, dans ces cas là, il dessine sur son « MangaNote », mais cette après midi il n’en avait pas envie. Il se sentait en manque, en manque de quoi me direz vous, et bien en manque de musique. Oui, cela lui venait parfois d’être en dégout du bruit extérieur au point de ne vouloir entendre que des notes de musiques, mais pas n’importe lesquelles, celle de son chère MP3 chérie. Le voilà qui se met à soupirer, pas étonnant, le professeur leur demande une bibliographie d’un personnage historique pour lundi prochain, l’enfer pour Ruya. Cette fois ci c’est bon, la cloche est sur le point de retentir, le fond de la classe avait déjà mit sa veste, le devant fixe la sortie en mouillant les lèvres de patience. Dix huit heure, la fameuse sonnerie officiel des établissements scolaire du pays avait retenti à l’instant, Ruya se senti alors libre. L’Mp3 allumait pas un coup de pouce à travers le pull, et le voilà dans sa bulle. *Comme ça fait du bien…* se dit il en fermant les yeux, mais à peine les douze première seconde de la chanson commençaient qu’il se trouva dans l’obligation de le mettre en pause. Sa camarade de classe l’interrompe pour lui poser une question. Il n’en avait pas envie mais ce n’était pas son genre de laisser les gens dans le vent ou de les rejeter, alors il prit le temps de répondre calmement à sa question et s’en alla.

Mais pour sortir de la classe il du être bousculait plus d’une fois, à gauche, à droite et par derrière, comme s’ils cherchaient à fuir une bombe, la routine en somme, mais dans cette agitation physique il en perdit ses écouteurs des oreilles et les laissa se jeter de chaque coté de son cou. Il leva la tête au plafond et se dit,
* Tant pis, je le rallumerai tout à l’heure…*


Enfin dans les couloirs, il marcha lentement, l’ordinateur portable dans sa main droite et le sac à dos sur son épaule gauche, il vit ses camarades se précipiter vers le rez-de-chaussée, comme des moutons. Il fit étonnait de ne pas se faire bousculer dans ce brouhaha si frustrant, si énervant mais surtout si fatiguant. Dans ces conditions pas le choix, se mettre à l’écart est vital pour lui, le moment de solitude de semaine est arrivait, le repos encéphalique et exigeait. Menait par ses idées, il traina les pieds jusqu’au bout de ce couloir, pour parvenir à la fin devant une porte vert, sur laquelle il était inscrit en gros « Exit ». La sortie de secours portait bien son nom, car Ruya trouvait qu’elle lui était d’un très grand secours, en particulier dans ces moment là, ou la cage d’escalier de devient une échappatoire parfaite. Il poussa la porte de ses deux mains pour palier à son poids, et en entama la décente, marche par marche il se senti déjà reposait, les bruits assourdissant devinrent alors des sonorités de fond et les bousculades un lointain souvenir. Arrivait à bout de ses marches, il se trouva devant une seconde porte, qui elle était blanche, comme la pureté, comme la délivrance, comme la sagesse et le repos du Kenji (l’esprit). Bien plus légère à son gout que la précédente, elle s’ouvrit sur la cour, se lieu si paisible, et coquait en fin de journée, à présent les étudiant regagnent leur chambres ou leur domicile, ils ne pensent plus à cette espace si relaxant.

Cimentait sur toute sa longueur elle arborait à son contour de la verdure aussi verte que celle d’un tableau, les fleurs y mette de la couleur et ses bancs de la douceur. Appelait pas l’un d’entre eux, Ruya s’assit en prenant le soin de poser à ses cotés son ordinateur portable, et jeta son sac au sol.
Les bras étiraient il souffla, il inspira fort et garda son expiration aussi longtemps que possible, comme s’il cherchait a l grader en souvenir.
*C’est bon, c’est le moment…*

Se dit il à la limite du murmure. Il raccrocha se écouteurs à ses oreilles et l’alluma avec force et lenteur, il signait de ce geste clair l’entré dans un nouveau monde, le monde de Ruya.
Déjà trois album complet était passaient, la brise commençait à souffler, il rouvrit les yeux, ébloui par le soleil qui n’allait pas tarder à se coucher, il sentit une porte s’ouvrir au loin. Pas dérangeait pour autant, il entendit un bruit grave de masse en sortir, les yeux s’était déjà refermaient et es pensaient se remirent à danser :
* Je comprends mieux pourquoi c’est si paisible ici, la folie est restait à l’intérieur…*

Il sentit quelqu’un approchait de lui, une ombre fine se mit alors à le recouvrir, et un parfum à le caresser. Pas de doute possible, sans même ouvrir les yeux su il su de qui il s’agissait. Elles n’étaient des masses à porter un tel physique, d’un bon mètre soixante sept, l’élégance dans la simplicité, les cheveux au vent et les yeux perçant, c’est Narita Miki-san, la belle jeune fille de deuxième année qui sert de protectrice à Ruya et surtout d’ami.

Leur rencontre se fut le premier jour de la rentrée. Ruya se dirigeait vers les dortoirs, quand par inadvertance il fur tomber les affaires d'un garçon en troisième année. N’aillant pas le gout à se faire excuser, il s’en prit à lui. Comme il s’agissait de la rentré, un pays nouveau dans lequel il résidait depuis peu, il ne puis à cette instant se montrer sous son vrai jour, soit le Gros danger public habituel, il a donc laissait ce garçon le "gronder", car rien de son apparence ne lui faisait peur, et voilà qu'au bout de quelques minutes déjà contre le mur, une fille les interpella.
Charmante comme tout, elle prit la défense de Ruya et se révolta contre le garçon, qui avait l'aire de la connaitre. Sauvait" par cette jeune fille, il prit la décision de la considérer comme sa protectrice et comme son mon amie. Elle en avait toutes les caractéristique, la franchise, l’humour, le sourire et la force, car Miki-chan fait partie des Sport Guys, présidente du club de volley, elle fait de sa personne un véritable emblème vivant. Pour Ruya, c’est la fille parfaite avec qui devenir amie.



-Ruyaaaa-kun !!, dans le mille, il s’agissait bien d’elle, il ouvrit alors les yeux et vit la jeune fille se rapprocher très vite de lui, le sourire aux lèvres et la joie sur le visage. Même si il s’agissait de son moment de détente il ne pouvait pas trouver sa présence gênante, chaque moment passaient auprès d’elle devient un vrai bonheur. Il sourit alors à son tour et la regarda se jeter à ses cotés, le plus beau de ses sourires en cadeau. -Tu as vu tout ce monde dans le hall ? C’est de la folie !

« Salut Miki-chan, comment va tu ? »

Lui dit-il en souriant en retour. Il prit alors précipitamment le soin d’écarter l’ordinateur portable pour laisser la place à la jeune fille. Etain l’Mp3 et décolla les écouteurs d’un seul coup de main, ce geste était tellement devenu une habitude que l’agilité lui venait sans réfléchir.

« C’est comme ça depuis que je suis sortie de classe, alors je suis venue ici pour me réfugier. »

Même s’il avait prit l’habitude de se tenir auprès d’elle, il ne pouvait s’empêcher d’être intimidait, il se retint de rougir, mais se lèvres humidifiaient toutes les cinq secondes ne pouvait que le tromper.
Les mains moites et les yeux fuyant, il lui dit :


« Alors sinon comment s’est passée ta journée ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narita Miki
Fondateur 1# Aime crier et faire du sport
avatar

█ MESSAGES : 364
█ INSCRIT LE : 09/08/2009

█ EN +
• Classe: 2ème année
• Club: volley ( capitaine de l'équipe féminine )
• Relations:

MessageSujet: Re: Fuire l'agitation (pv: Ruya)   Mer 23 Sep - 16:19

    -Salut Miki-chan, comment va tu ?

    Ce fut la réponse qu’elle reçu, accompagnée d’un sourire, suite à son arrivée auprès de lui. La jeune fille secoua la tête de gauche à droite. Même si sa colère n’avait été que passagère, elle ne pouvait s’empêcher de trouver la situation frustrante. Après tout, elle ne demandait qu’une chose, aller se poser au calme dans sa chambre après sa longue journée de cours et ses heures d’entraînement.

    -Ca va, même si je suis un peu fatiguée.

    Il répondit alors à sa précédente question, parlant de cette agitation folle régnant dans le hall de leur lycée.

    -C’est comme ça depuis que je suis sortie de classe, alors je suis venue ici pour me réfugier.

    Ruya avait raison, il y avait toujours plein de monde dans les couloirs lorsque la sonnerie retentissait et annonçait la fin des cours, mais là c’était différent. On était à la limite de la cohue. Enfin, bon, Miki n’allait pas en faire toute une histoire. Après tout, ça lui avait permis de retrouver son ami, ce n’était pas plus mal.
    Ne l’ayant pas lâché du regard, elle n’eut aucun mal à remarquer la légère gène qu’il avait face à elle. Comme si elle l’intimidait. Ca ne la fit que sourire d’avantage.


    -Alors sinon comment s’est passée ta journée ?

    La jeune fille haussa les épaules. Rien de spécial ne s’était passé comparé aux autres jours.

    -Bien, comme d’habitude. Et toi ?

    Elle finit par enfin détourner son regard de lui et plongea dans ses pensées. Oui rien de spécial…ou presque. Elle resta quelques secondes à fixer un point invisible droit devant elle avant de se retourner brusquement vers le jeune homme.

    -Ano… Tu t’y connais en musique ?

    Et oui, elle avait remarqué que son ami se baladait souvent avec son MP3 dans les oreilles. La preuve, quand elle était arrivée, il était en train de l’écouter. Alors elle voulait savoir. Peut-être pourrait-il la conseiller sur ce qu’il fallait absolument connaître pour ne pas paraître ridicule et à côté de la plaque…en clair, pour ne pas revivre la même situation que ce matin face à Takeru.

    -Non parce que moi, j’ai un peu de mal et je me sens vraiment bête quand on parle de ça dans mon trio.

    Et voilà, Miki parlait, parlait et parlait encore, ne laissant même pas le temps à Ruya d’en placer une. Le pire, c’est qu’elle s’en rendait compte. Elle lui fit donc un petit sourire d’excuse et s’arrêta dans on monologue pour lui laisser le temps de répondre.
    Pendant ce court moment de silence, les deux jeune gens purent une nouvelle fois constater que le silence régnait dans la cour. En effet, à part eux, seul deux autres élèves étaient présents et se trouvaient à l’autre bout de la cour.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamahi Ruya
Ange ou Démon ?
avatar

█ MESSAGES : 71
█ INSCRIT LE : 02/09/2009

█ EN +
• Classe: 1ère Année
• Club: Biologie
• Relations:

MessageSujet: Re: Fuire l'agitation (pv: Ruya)   Dim 27 Sep - 17:19

Miki-chan était fatiguée, et elle le confirma en répondant à la question de Ruya, mais cela ne l’empêchait pas de dévisager le jeune garçon. Fixait part la jeune fille, il se sentit encore plus mal, mais il ne le laissa pas paraître, difficile quand on a, à ses cotés, une fille qui ne vous lâche pas des yeux. Mais son supplice, ne dura que quelques secondes, après quoi, elle se détourna et lui affirma avoir passait une journée des plus banal en haussant les épaules, même si dans sa manière de le dire, le jeune homme sentit que ce n’était pas le cas. Elle se perdit alors dans ses pensées, Ruya l'observât, la jeune fille ne se rendit même pas compte à qu’elle point l’espace d’un instant son comportement fit suspect, mais enfin bon. Il n’était pas du genre curieux, s’il voyait que quelqu’un voulait se confier à lui il l’écouterait sans problèmes, surtout s’il s’agit de Miki-chan, mais il ne forcerait personne à parler de ses problèmes s’il n’en avait pas envie. C’est ainsi qu’il fit comme s’il n’avait rien remarquait, se frottant les mains de nouveau, il fut de nouveau brusquement attirait par la jeune fille qui se reprit et lui dit en toute vitesse : Ano… Tu t’y connais en musique ?

Quelle question vexante pour Ruya, lui qui faisait battre son cœur par la musique, lui qui se droguait aux mélodies prenantes de son Mp3 et aux oscillations des instruments qu’il faisait émaner de son ordinateur portable. Bien sur qu’il s’y connaissait en musique, van gogh s’y connaissait il en peinture ?

«  A ton avis Miki-chan » répondit il avec un air de moquerie.

Ruya adorait la musique, même ceux qu’il n’aime pas il a du les écouter une fois pour se permettre de les critiquer, même les chanteur qu’il ne supporte pas il peut les reconnaître, même les style de musique qu’il n’aime pas il sait les reconnaître pour pouvoir sans éloigner. Rien, non rien ne peut échapper à Ruya quand il s’agit de la musique, c’est la forteresse de son monde, les limites de sa bulle.

« Tu a du mal dans ton trio ? Il se moque de toi ? »

Même si pour lui il était inconcevable de ne pas s’y connaître en musique, même la plus simpliste, il ne pouvait pas en vouloir à Miki-chan, après tout elle possédait tellement de qualités, qu’il lui est normale d’avoir des points faible, la musique devait surement en faire partie.
-Non parce que moi, j’ai un peu de mal et je me sens vraiment bête quand on parle de ça dans mon trio.
Lui dit elle, avant de partir dans un long discourt sans fin. Car Miki-chan avait une particularité, elle aimait beaucoup parler, et sans même sans rendre compte, surement, elle partait dans des échanges oraux sans échanges.
Mais cela ne dérangeait pas Ruya, au contraire cela lui permettait de parler moins à son tour, et puis, il savait qu'elle avait besoin de parler, alors lui, il était disposait à l'écouter.
Tout en l'écoutant, il se rendis compte d'une chose, il n'avait pas envie qu'elle se moque de ses gouts, les gouts musicaux de Ruya sont loin d'être rebelle, au contraire, plus c'est calme plus il aime, plus c'est mélodique, plus il se sent bien. C'est comme ça qu'il pris goût à un genre de musique à la limite du féminin. Lui il ne connaissait pas vraiment le genre de musique « masculin » de ce pays, partout dans le monde on écoute de tout, quelque soi le sexe de la personne, mais ici au japon, certains groupes musicaux ne sont écoutait que par les filles, car leurs chanteurs sont beaux par exemple, ou qu'elles se retrouve en elles, comme les Boys Bad et les Idoles.
As de chance pour Ruya, il aimait vraiment beaucoup ce genre de musique, le métal et les onomatopées que l'on ose comparer à de la musique, lui ne le supporte pas.
Arrivait à un certains moment Miki-chan, fit un sourire et s'arrêta de parler, comme si elle se sentait mal de parler autant. C'était la bon moment pou lui dire ce qu'il pensait.
« Moi j'adore la musique, mais pas toute, et mes goût au fil des année devienne particulier, voir un peu bizarre, j'ai peur de mal te porter conseil. » En même temps qu'il disait ces mots, le jeune garçon se senti trahie, par sa propre personne. Lui qui sait mieux que personne que dire sur la musique, il se devait de se retenir pour l'enseigner à d'autre par peur d'être mal jugeait.

« Toi quel musique aime tu? Ou bien quel instrument préfère tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narita Miki
Fondateur 1# Aime crier et faire du sport
avatar

█ MESSAGES : 364
█ INSCRIT LE : 09/08/2009

█ EN +
• Classe: 2ème année
• Club: volley ( capitaine de l'équipe féminine )
• Relations:

MessageSujet: Re: Fuire l'agitation (pv: Ruya)   Sam 3 Oct - 10:49

    -A ton avis Miki-chan.

    Avouons-le, ce n’était pas du tout le genre de réponse auquel elle s’était attendue. C’est pourquoi l’on pu voir apparaître sur son visage une expression un peu étonnée.

    -Eeh ??

    La surprise mis quelques secondes à passer. Ce qui avait laissé place à un blanc entre les deux jeunes étudiants. Secondes durant lesquelles elle avait continué à regarder Ruya avec un regard un peu perdu. Et ce fut lui qui la fit revenir sur terre, continuant donc sa réponse.

    -Tu a du mal dans ton trio ? Il se moque de toi ?

    Elle secoua la tête négativement. Non, ils ne se moquaient pas d’elle. Keiji n’aurait certainement jamais fait ça. Même s’ils se taquinaient un peu de temps en temps, ce n’était jamais réellement de la moquerie. Quant à Takeru…Et bien, il parlait tellement peu que quand il le faisait il n’y avait jamais de la moquerie. A vrai dire les seuls sentiments qu’elle avait aperçu chez lui jusqu’à maintenant était la colère et la tristesse. En dehors de cela, il restait inexpressif. Mais où était son problème alors ? C’était simplement le fait qu’elle se sentait perdue lorsque les deux se mettait à parler musique. Bon d’accord, Miki n’est pas non plus quelqu’un qui n’écoute jamais la moindre chanson. Mais elle est véritablement cruche pour retenir les noms. Alors quand les deux se mettait à débattre sur qui étaient les meilleurs au Japon en ce moment, elle se sentait complètement perdue.

    -Ah…Non, ils ne se moquent pas de moi. C’est juste que je n’arrive jamais à suivre leur discussion quand ils parlent musique. C’est assez ennuyant…

    Elle pencha la tête sur le côté, faisant mine de réfléchir à la situation. Il faudrait qu’elle en parle à l’un des deux, seul. Au moins, ça serait plus facile pour elle. Et à la réflexion, elle avait plus de chance avec Keiji, son meilleur ami. Parce que Takeru n’était pas du genre à beaucoup parler, et encore moins à la conseiller. Surtout qu’elle restait persuadée qu’il ne la supportait pas. Ce qui lui faisait un peu mal, il fallait bien l’avouer. Elle poussa un long soupire de découragement. L’année allait être longue, très longue.

    -Moi j'adore la musique, mais pas toute, et mes goût au fil des année devienne particulier, voir un peu bizarre, j'ai peur de mal te porter conseil.

    Elle haussa un sourcil, ne comprenant pas vraiment ce qu’il voulait dire par là. Comment des goûts en musique pouvaient-ils être bizarre. Après tout, il y en avait pour tout les goût. Et il ne viendrait jamais à l’esprit de Miki de juger quelqu’un sur le genre de musique qu’il pouvait écouter.

    -Ne dis pas ça, faut pas avoir honte de ce que tu écoutes. Après tout il en faut pour tous les goûts.

    Elle lui sourit en haussant les épaules. Démontrant ainsi que qu’elle s’en foutait qu’il ait des goût qu’il qualifiait de bizarres.

    -Toi quel musique aime tu? Ou bien quel instrument préfère tu ?

    Et bien, voilà une bonne question. Sauf que Miki n’avait pas vraiment de musique préférée, et encore moins d’instruments. Son regard se perdit alors dans le vide. Signe qu’elle réfléchissait à ce qu’elle pouvait bien répondre à une telle question.

    - Eto…Ce n’est pas que je préfère un style plus qu’un autre… En réalité, je peux juste te dire ce que je n’aime pas. Par exemple, le rap…ou bien le hard rock. Je ne supporte pas quand ils crient comme des malades.

    Elle sourit une fois de plus, ce demandant ce que Ruya pouvait bien penser de sa réponse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamahi Ruya
Ange ou Démon ?
avatar

█ MESSAGES : 71
█ INSCRIT LE : 02/09/2009

█ EN +
• Classe: 1ère Année
• Club: Biologie
• Relations:

MessageSujet: Re: Fuire l'agitation (pv: Ruya)   Dim 4 Oct - 17:20

Ruya avait été un peu brusque, il devait l'avouer et la réaction de la jeune fille le lui confirma, alors elle ne put rien lui répondre d'autre chose qu'une onomatopée d'étonnement. Ce genre de réaction ne ressemble pas au jeune garçon, l'instant d'après, il y avait eu un blanc, un blanc qui fut cour, car elle finit expliquer la raison de cette interrogation.

Ah...Non, ils ne se moquent pas de moi. C'est juste que je n'arrive jamais à suivre leur discussion quand ils parlent musique. C'est assez ennuyant...


*Ennuyant? * Mais comment parler de musique pouvait être ennuyant, aux yeux de Ruya c'était inconcevable, bien sûr elle avait le droit de ne pas se sentir à l'aise, après tout, elle, son point fort c'était le sport et non la musique, c'est le genre de fille à écouter pour écouter et non une fanatique, c'est d'ailleurs ce qui fait son charme, cette petite ignorance.

Elle pencha alors la tête, laissant ainsi libre cour à ses pensées, prise dans un tourbillon de réflexion elle finit par en soupirer. Comme ci cela ne lui suffisait pas, la voilà assez perplexe face au propos de Ruya, quand précédemment il lui avait fait part de ses goûts bizarres, la jeune fille haussa les épaules et avec un de ses plus beaux sourires lui dit :

Ne dis pas ça, faut pas avoir honte de ce que tu écoutes. Après tout il en faut pour tous les goûts.

Ce n'était pas vraiment de la honte au contraire, mais il avait peur qu'elle soit à son tour critiquée par les autres, par sa faute.
Alors, pour détourner à peine le sujet, il lui demanda qu'elles étaient ses goûts à elle et la réponse fut précédée d'un grand vide, aussi grand que son regard, elle voulait répondre bien, elle prit donc son temps. Puis au final elle déclara:

Eto... Ce n'est pas que je préfère un style plus qu'un autre... En réalité, je peux juste te dire ce que je n'aime pas. Par exemple, le rap...ou bien le hard rock. Je ne supporte pas quand ils crient comme des malades.


Ruya ne pouvait pas s'empêcher de rire, elle avait tellement répondu avec franchise et vérité, personnes n'aurait pu répondre aussi bien que la manière dont elle l'avait fait. De plus il était d'accord avec une grande partie de son propos. En effet, Ruya avait également horreur de ces musiques qui donnent la migraine, ce n'est pas de la musique, c'est plus du « bruits » qu'autre chose. Mais en revanche, le Rap, est une musique qu'il apprécie, car la plupart des chanteurs de Rap qu'il écoute sont des dénonciateurs, il parle de la société et des problématiques du monde, néanmoins il comprenait parfaitement son choix, ce style musical est parfois pesant et Miki-chan ne devait simplement pas faire partie de ces gens qui prennent le temps de décrypter le sens de leur parole.

Il n'attendit pas une minute de plus pour exposer son avis à la demoiselle:

« Je suis tout à fait d'accord avec toi, tu ne pouvais pas mieux décrire cette horreur, mais moi le Rap j'aime, c'est une question de choix, n'est-ce pas ? »

Lui répond il en souriant, mais soudain la discussion devenait intéressante, alors pour exprimer son attention, il se tourna face à la jeune fille, les yeux dans les yeux, il prit la décision de lui dire tout, même si cela devait paraitre trop.

« Tout d'abord, je peux t'aider en ce qui concerne le piano, la batterie et le violon, car se sont des instruments que je manie beaucoup depuis mon enfance, puis si tu le souhaite je peux te parler de grandes célébrités des styles que sont à la mode en ce moment. »

L'enthousiasme et la motivation lui prirent par les tripes, il voulait l'aider, l'éclairer, c'était sa grande amie, sa protectrice à lui, c'est le moins qu'il pouvait faire pour elle. Il l'a pris par les épaules pour la secouer, mettant ainsi en scène son désir profond, enfin un sujet qui le passionnait, en dehors de la médecine, c'était sa religion, LA Musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narita Miki
Fondateur 1# Aime crier et faire du sport
avatar

█ MESSAGES : 364
█ INSCRIT LE : 09/08/2009

█ EN +
• Classe: 2ème année
• Club: volley ( capitaine de l'équipe féminine )
• Relations:

MessageSujet: Re: Fuire l'agitation (pv: Ruya)   Mar 13 Oct - 19:08

    -Je suis tout à fait d'accord avec toi, tu ne pouvais pas mieux décrire cette horreur, mais moi le Rap j'aime, c'est une question de choix, n'est-ce pas ?

    Une question de choix ? A vrai dire, pour Miki s’était plutôt une question de goût. On ne peut pas tout aimer. Mais au moins, ils étaient d’accord sur le premier point. Et en plus elle l’avait même fait rire. S’était sans doute la franchise qu’elle avait mise dans sa réponse. Si s’était le cas, il allait rire souvent. Après tout, la jeune fille se montrait toujours franche, même si parfois elle ferait mieux de se retenir…Enfin si l’on y réfléchissait bien, c’était grâce à son impulsivité et sa franchise qu’elle avait rencontré Ruya, elle finit par sourire, une fois encore tandis que le jeune homme se remettait à parler.

    -Tout d'abord, je peux t'aider en ce qui concerne le piano, la batterie et le violon, car se sont des instruments que je manie beaucoup depuis mon enfance, puis si tu le souhaite je peux te parler de grandes célébrités des styles que sont à la mode en ce moment.

    Il semblait à Miki qu’elle venait de voir apparaître dans le regard de son ami une petite étincelle. Il semblait vraiment intéresser par le sujet, ce qui la rendit elle-même heureuse. Après tout, elle s’était adressée à la bonne personne. Et puis, au moins avec lui, elle était sûre de pouvoir suivre ce qu’il dirait puisqu’il prendrait son temps pour lui parler à elle.

    -Wouahou tu joues de trois instruments !?

    Oui Miki était étonnée, mais pas seulement. Elle était également admirative. Elle n’avait jamais eut la patience d’apprendre à jouer d’un seul instrument, alors trois…En tout cas Ruya n’en finissait pas de la surprendre. Ce qui prouvait aussi que ces deux là ne se connaissait pas depuis très longtemps et qu’ils se découvraient un peu plus lors de chacune de leurs rencontres. Elle secoua la tête, comme pour revenir les pieds sur terre et se décida enfin à lui répondre.

    -Je pense qu’on passera aux instruments plus tard, vaudrait mieux revoir qui sont les célébrités à la mode en ce moment, parce que de ce côté, je suis complètement larguée…

    Miki devait à présent avoir l’air d’une petite fille, elle était prête à l’écouter bien sagement. Elle aurait presque l’air naïve, comme si elle allait gober n’importe quoi. Mais en réalité, elle avait simplement envie d’entre ce que Ruya pourrait lui apprendre. Et puis comme ça, elle pourrait à l’avenir prendre aux conversations de son trio.

    -Dis-moi tout, je t’écoute !

    En disant cela, Miki s’était redressée, passant l’une des jambes par-dessus le bancs, se retrouvant à présent à califourchon. Ainsi elle se trouvait face au jeune homme. Elle le fixa en souriant, attendant simplement qu’il commence.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fuire l'agitation (pv: Ruya)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fuire l'agitation (pv: Ruya)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Suite de : envie de fuir l'agitation (PV : Moka)
» Bill Clinton de retour en Haïti en pleine agitation post-séisme
» On ne peut pas fuire indéfiniement .. | ft Evangeline A. Roseberry
» De Charybde en Scylla: Fuire la Guerre et les Fanatiques [Nimmio]
» Sérénité / Serene Grace

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kumi To Suke :: Abords du lycée :: La cour-
Sauter vers: